Nouveau medium: nouveau combat?

L’Internet n’est pas seulement un espace mercantile. Un des attraits du Web réside précisément dans le fait qu’il représente un porte-voix, un moyen pour les minorités de se faire entendre plus démocratiquement. Les femmes ont été et sont toujours une minorité d’un point de vue social, politique et économique. Si, dans la réalité, les femmes peinent à se faire entendre au travers des média traditionnels, peinent à grimper en haut de l’échelle sociale -le fameux ceiling glass- la toile offrent dans ce cas des opportunités considérables pour faire valoir leurs revendications, leurs créations, leur professionalisme aussi. Que ce soit pour se défendre, revendiquer leur place dans les NTIC ou créer librement, les femmes ont su tirer parti du Web. Dans le contexte de la mise en place de la parité, ces progrès ne passent pas inaperçus.

1. La défense des intérêts des femmes :

Plusieurs groupes et associations ont mis à jour, depuis plusieurs années déjà, leur traditionnel travail en réseau en investissant le Web.

Ainsi des organisations non-gouvernementales travaillent pour la paix dans le monde et l’égalité des sexes, comme Womenwatch qui s’organise par les trois bureaux de femmes de l’ONU : le Division for the Advancement of Women, United Nations Development Fund for Women, International Research and Training Institute for the Advancement for Women). On y retrouve -entre autres- les textes officiels de la 4e Conférence Mondial sur les Femmes de Beijing de 1995. la conférence mondiale des femmesDans le même esprit, on retrouve l’Association for Progressive Communications qui vise à favoriser l’accès des femmes du monde entier aux NTIC et combler le fossé Nord/Sud. Pour ce faire, le site offre une formation à l’Internet en 18 langues! Le site de l’ONG de développement des femmes Enda relie, lui, des groupes de femmes africaines francophones autour de thèmes tels que excision, santé, prostitution, contraception…. En France, le Conseil du Statut de la Femme agit contre les discriminations sexuelles.

Dans le domaine politique, Parité-Info , datant de 1997, avec le soutien de l’ « unité pour l’égalité des chances » (au sein de la Commission Européenne), accompagne le mouvement pour la parité des hommes et des femmes dans la vie publique et politique en Europe.

On ne peut passer à côté de quelques sites d’associations de femmes qui luttent pour leur émancipation dans les pays à régimes autoritaires. Ils représentent des mines d’informations et de témoignages : Des femmes du Pakistan (RAWA), d’Afghanistan (Pacawon), du Tibet (TWA), d’Afrique (ENDA-SYNFEV) ou enfin d’ex-Yougoslavie (E-mail des Electronic Witches) discutent des problèmes liés à leur condition de femmes dans leur pays respectifs. En outre, ces femmes abordent de front les thèmes de démocratie, liberté et, à ce titre, le site des Four Mothers est éclairant : il regroupe 4 femmes du nord d’Israël qui oeuvrent à leur manière pour la paix en communiquant avec des femmes du Liban.

2. Le cyberféminisme :

« Cyberfeminism as a philosophy has the potential to create a poetic, passionate, political identity and unity without relying on a logic and language of exclusion or appropriation. »
Nancy Paterson 1997, Cyberfeminism
http://www.public.asu.edu/~dmb333

Les associations féministes se sont rapidement développées sur le Web ; dans les pays anglo-saxon, les premiers sites sont apparus dès les débuts de l’Internet. C’est aujourd’hui un réseau international qui s’étend sur la toile on ne peut qu’être étonné(e) par sa grande diversité, son extrême richesse. Leur but est de lutter contre l’image trop sexuée de la femmes que l’on trouve sur le Web et dans la société d’aujourd’hui.
Il ne s’agit pas ici de faire une énumération des pages, d’autant qu’ils sont innombrables et qu’en visitant un de ces sites, on a à disposition des listes tout à fait exhaustives. Nous préférons de ce fait citer les incontournables et quelques sites moins connus. Je dois préciser qu’en naviguant sur certains moteurs de recherche, je suis tombée, en tapant ‘féminisme’, sur plus de sites anti- que pro-féministes!

Les sites féminites à portée de clicLes site français incontournables:

*Le site des Pénélopes reste un must. Il est destiné à relayer, diffuser l’information par et pour les femmes en liant réflexion et une création graphique admirable ; il est devenu LA référence française des sites féministes (voir commentaire infra):
www.mire.net/penelopes

*Un site très professionnel aussi mais moins féministe -quoique-, Internénettes regroupe des femmes travaillant dans les NTIC. Il y a des rubriques ‘boire’, ‘manger’ et ‘rire’ et elles n’hésitent pas à passer au crible les nouvelles, les évênements, les gens dans une perspective humoristique et critique. Une liste de sites perso et collectifs recense des créations originales, parfois introuvables ailleurs.
Imitées d’ailleurs par les Cyberchieuses:
www.cyberchieuses.com

*Des sites sont plus informatifs :
www.ducotedesfemmes.asso.fr répertorie ses sites féministes préférés
Planetfemmes est aussi un site informatif, mais il axe en outre son travail sur le décorticage -d’un point de vue de femme bien sûr- des sites sur le Web. Ainsi, une étude pertinente sur les propriétaires des sites féminins montre clairement que seuls deux sites français étaient faits PAR et pour les f@mmes…Les Internénettes et les Pénélopes. Tous les autres appartenaient à des hommes. Et aux rédactices d’en conclure : « seuls 2 sites sont féministes »…A bon entendeur…

*Du « vrai » au « virtuel » :
MixCité représente un mouvement féministe mixte pour l’égalité des sexes. L’organisation existe hors de la toile.
Les Chiennes de Garde sont aussi sur le Net! regroupant pas mal de ‘personnalités’, cette assoc’ lutte contre les insultes sexistes et la vision dégrandante de la femme dans notre société. Attention ! elles ne mordent pas que sur le Net et font des vagues… leur combat nous est conté.

*Le charme des sites perso :
Un site admirable, saisissant par son acuité et son franc-parler (voir les citations involontaires dans « textes engagés »!) :
www.chez.com/charlottem/
Le site plus rebel de Guillermito zone affiche dans une de ses pages un répertoire d’autres sites perso.
La Pie : ‘rapporte, colporte, raconte’… elle nous livre les info féministes au jour le jour

*Les sites féministes plus spécifiques:
Voix d’elles Rebelles, se bat pour les droits des femmes notamment les jeunes et les femmes issues de l’immigration,
Netfemmes.org aide la f@mme à s’emparer du Web par le biais de l’éducation et met à disposition un inventaire de listes de diffusion.
Citons enfin le très actif site du StudioXX. qui aide les femmes à faire valoir leurs créations artistiques, grâce à l’association des , et qui organise régulièrement des festivals d’art pour femmes.

Les grands sites anglophones:

Ils sont les plus nombreux, personne n’en doutera. Déjà bien ancrés dans la toile, les sites féministes anglophones revendiquent le ‘woman power’, abordent -légerement et sérieusement- tous les sujets et visent à améliorer la vie des f@mmes au quotidien. Ils ne laissent pas de surprendre…

*Le pionnier des sites féministes est un site australien :
http://www.geekgirl.com

*Les théories féministes en ligne :
www.cddc.vt.edu/feminism

*Bon nombre de sites proposent aux femmes de s’initier au Web et agissent contre le sexisme sur la toile et dans la réalité avec des moyens d’action variés :
www.guerrillagirl.com . Ce site des Guerrillagirls est original à maints égards. Anonymes, dans le sens où ces « guérilléras » revêtent un masque de gorille sur les photos, elles publient des posters, dont certains sont très connus (celui de 97 affichait ‘le Web est compsé de 84.5% d’hommes et de 82.3% de blancs. Jusqu’à maintenant’ ; celui de 99 s’oppose aux Oscars et dénonce la prédominance masculine dans l’art). Agitatrices résolues, leur revendications méritent d’être saluées d’un coup de chapeau car elles vont au coeur du problème.
Notons les « pissed-off women » de Los Angeles : www.powonline.org
On peut également nommer des sites moins « agressifs » dans leur approche :
Le gigantesque réseau des Webgrrls,
Fem+mass qui ont des idées bien campées tout de même,
www.feminist.com/home1.htm ,
www.womenswire.com (on y trouve de tout mais il reste très focalisé sur les USA),
www.feminist.org

*Un forum pour femmes:
www.wwwomen.com

*des news groupes féminins :
alt.feminism, alt.women.attitudes, uk.org.women-in-comp, alt.women.supremacy

*Très utile : http://www.femina.com, véritable annuaire de sites consacrés aux femmes, un Yahoo pour femmes! 🙂

Et ça bouge partout ailleurs :

*En Belgique : http://www.belgique.be
*En allemagne : http://www.uni-bielefeld.de/IFF/fraueninfonetz au Web, citoyenne!
*En Italie : http: //labveneziana.tol.it/~cyber/infoperla
*En Autriche : http://www.onb.ac.at/ariandne.htm

*Pour les femmes musulmanes au moyen-Orient, région Afrique
http://www.baobab.com.ng

*En Afrique, le site www.impactafrica.org est un site de réflexion, cherchant à développer Internet chez les femmes africaines pour les ouvrir sur le monde.

*Pour terminer, des initiative Ô combien encourageantes :
Celle du réseau européen des hommes pro-féministes, luttant contre le patriarcat sur le réseau! Si si! :
www.menprofeminist.org
Tout un ensemble de sites d’hommes rejetant la violence dans le couple, la discrimination, la pornographie, soutiennent les féministes :
les ‘Meninists’, les Men against violence, against pornography, Men for Change ou MensNet